Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

vendredi 9 novembre 2007

Chapitre 7 - The Rolling Toqs stones

Nos amis anglais doivent aller à Islamabad pour prendre leurs visas indiens. Nous voulons passer la frontière avant sa fermeture à 15h30. Nous expliquons la situation à chaque nouvelle escorte pour éviter le gag ultime. A Lahore, nos routes se séparent, Ulysse pleure, nous nous donnons rendez-vous en Inde.

Malgré l'efficacité rare de cette escorte qui nous fait traverser cette ville qui semble magnifique en un rien de temps, nous parvenons un petit quart d'heure trop tard à la frontière. Toutefois, un douanier nous dit que nous pouvons passer la nuit là, devant le beau jardin de la caserne, et aller assister à la fameuse fermeture de la frontière. Nous comprenons alors que la foule que nous voyons se presser vers la frontière, vient assister au spectacle. Des centaines de pakistanais, beaucoup de lycéens, qui se séparent ensuite hommes d'un côté, femmes de l'autre, sur d'immense gradins face à la grille et à l'Inde. Côté indien, la même chose, face à nous. Et nous nous retrouvons au beau milieu, aux premières loges, sur de petites tribunes réservées aux VIP et étrangers... très discret. Des hauts-parleurs diffusent à grand renfort de décibels des musiques disco-anglo-pakistanaises archi entraînantes, des chauffeurs de salle brandissent des drapeaux pakistanais et font hurler à la foule des slogans nationalistes.

Foi de Toqué... nous n'avions jamais vu ça. Un show immense et ridicule. A peine descendus de notre Toqcar, à la fin d'une semaine harrassante au cours de laquelle les militaires, la police, dans un pays en état d'urgence et en pleine crise politique majeure, ne nous avaient pas lâché d'une tong, les voir défiler et se produire ainsi était extraordinaire. Les militaires des deux pays viennent baisser le drapeau, se toisant, claquant des pieds, dans un spectacle qui ferait passer la relève de la garde anglaise pour une chorégraphie village-people.

A la fin de ce grand moment surréaliste, ce sont nos enfants, et surtout Gaspard qui ont eu leur moment de gloire auprès des jeunes pakistanais et surtout pakistanaises. Gaspard a terminé dans nos bras, hurlant "non!" à ces jeunes-filles si belles qui lui souriaient, et se tenant les joues. Car là-bas comme en Inde, on pince les joues des enfants, pour leur souhaiter longue vie. Je peux vous dire que les nôtres ont peu de chances de pouvoir se réincarner à ce rythme effréné de pincements...

La nuit a été très paisible et nous étions largement, et pour une fois très calmement prêts pour passer la frontière quasiment les premiers le lendemain matin. Quasiment seuls, nous avons pu remplir les formalités sans aucune inquiétude, Gaspard serrant la main, comme un pro, de tous ceux qu'il rencontre, et nous, commençant à être aguerris dans l'art pas toujours simple de franchir une ligne.

Nous ne garderons pas un mauvais souvenir du Pakistan, au contraire, nous en avons de franchement bons et drôles, mais nous n'aurons pas eu le temps de connaître ce pays. Nous espérons que la situation politique va s'arranger, que des élections sérieuses vont pouvoir se dérouler, car beaucoup de pakistanais, y compris les militaires mettent tout leur espoir dans cet espoir de démocratie.

Toutefois il fallait bien quelques passages toqués dans notre Odyssée trop sage.
Nous nous reposons à Amristar, où nous sommes arrivés juste pour la plus grande fête hindoue : Diwali.
Aux dernières nouvelles et malgré notre arrivée, l'Inde n'a pas encore déclaré l'état d'urgence.

18 commentaires:

ximun a dit…

SUPER.

C'est génial, tous mes collègues vous lisent et suivent...
Eclatez-vous.
Gros bisous.

Nath a dit…

Prem's !!!! J'ai tout lu !!
et je ne dirais qu'une chose "Pfiou !" C'est dingue, ce mélange de cocasserie et de tensions.
Merci, TT, pour ce récit si palpitant ! Et bravo au Toqué en chef pour la conduite dans des endroits périlleux et tout le reste (vidage de la boite à caca avec escorte etc).

nath encore a dit…

Zut, me suis encore fait doubler par Ximun ;-)

paqui a dit…

Que c'est bon de vous relire !!!
Merci pour ce réci !

Sabine a dit…

"Pfiou!" me semble aussi le mot approprié...
Merci pour tous ces détails, c'est toujours aussi passionant!
Contente pour vous que vous soyiez enfin en Inde, profitez-en bien! à vous les lassis, chaï, et autres délices...

amatxi a dit…

je me demande si ximun bosse vraiment à Jussieu, il est toujours le premier à commenter...
J'étais sûre que votre récit nous étonneraient,TT et Xto, mais vous avez bien passé une semaine EXTRAORDINAIRE!!!
les photos aussi sont parlantes.
Bonne récupération!

amatxi a dit…

Et quand-même vous nous épatez par le niveau de votre organisation, administrative, matérielle, ...psychologique aussi.
Bravo!
Et Ximun, va travailler maintenant.

correcteur ortho familial a dit…

amatxi: étonner-ait et pas -aient

amatxi a dit…

Bofff...
ok j'avais repéré après l'envoi. Je pensais que personne ne relèverait...
bande de profs tatillons!

Laure a dit…

Bonjour les Toqués !
Je me régale avec votre blog depuis votre départ et n'avais jamais osé vous laisser un mot jusque là parmi les nombreux commentaires de vos amis et famille. Mais là quand même il faut que je vous dise bravo pour ces récits incroyables et toujours plein d'humour, un vrai délice. J'ai dévoré votre odyssée irano-pakistano-indienne et n'ai qu'un mot à dire : vivement la suite. Merci de nous faire rêver grace à votre voyage et bonne route !

Na a dit…

Amatxi, c'est pas Ximun qui t'a corrigée ?
Quoi que... à 13h23, il devait être en pause déj ;-))

ximun a dit…

Non, dans le train, Na, na !

Elise a dit…

Eh ben, les amis, quelle aventure!!!

Bravo encore pour vos récits et votre motivation à toute épreuve!!!


C'est un petit bout de soleil dans la grisaille parisienne!

Une famille de Toqués a dit…

Et le plus drôle, j'ai oublié de le mentionner et c'est une Nathalie parisienne qui me l'a rappelé, c'est que pour les visas pakistanais, il nous fallait deux photos d'identité de chacun. Or je n'en avais plus de Gaspard, et n'avais pas Gaspard sous la main. Je leur ai donc donné deux photos d'Ulysse plus jeune, pour Gaspard (pardon maman, je sais je t'ai désobéi). En deux frontières et environ une cinquantaine de contrôles, ça n'a visiblement dérangé personne...

Dianoucha a dit…

pfffffffffffffffiiiiiiiiiiiouuuuuuuuuuuu....
TT, tu n'imagines pas le bien que ça fait de te lire ! Très beau récit, en tout cas, j'adore la scène de l'hotel dans ce haut lieu talibanesque bourré de militaires pakistanais : des quality street, s'il vous plaît !!!

Elise a dit…

Les récits d'aventuriers romanesques plongés dans des conflits géo-politiques, ça prend une tout autre dimension quand ça arrive à des gens qu'on aime !
Merci de nous emmener un peu dans vos bagages, continuez de vivre à fond et prenez soin de vous !
bises du Médoc

Nouch'ka a dit…

vos récits sont vraiment rocambolesque (enfin votre voyage plutôt).
Je suis contente de vous relire famille de toqués !

La rurale a dit…

Hallucinant, la scène de fermeture de la frontière, presque poignant. On n'a pas ça à Dantxaria...