Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

dimanche 8 juin 2008

Les dessous de l'Odyssee (ou tout ce qu'on vous a cache) 1


La crevaison (recit epique et fort long)

En partant pour un tel periple avec un vehicule plutot fait pour le camping en Europe et qui a 4 roues de voiture pour supporter un poids que nous ne pouvons vous reveler car un peu au dessus de ce qu'il devrait etre, nous nous appretions a crever beaucoup.
Mon chauffeur heroique (on m'a tres souvent demande s'il etait mon chauffeur et lorsque je precisais qu'il etait mon chauffeur ET mari, on m'a trouvee bien folle d'avoir epouse mon chauffeur ; dans le meme ordre d'idee les chauffeurs de bus et de voitures de tourisme indiens etaient tres choques de voir mon chauffeur nettoyer lui meme mon vehicule puisque normalement il y a un chauffeur ET un assistant pour le nettoyage les pannes etc) donc mon chauffeur ET assistant avait tout prevu : des machins pour soulever le Toqcar en surcharge, deux roues de secours et tout ces trucs que ma condition feminine m oblige a ignorer et je le regrette vous vous en doutez. Nous l'imaginions changeant courageusement son pneu sous le soleil en plein desert, aide par quelques elephants ou singes.
Quelle deception.
Malgre les routes albanaises, turques, le desert du Balouchistan, les pistes du Pakistan les kilometres indiens, rien. Pas l ombre du debut de l espoir de la moindre petite crevaison. Nous, les roies de l'off road en camping-car de grands parents, de quoi avions nous l'air ?
Et c'est en Thailande que nos attentes d'aventuriers ont ete comblees.
C'etait le jour de notre premiere sortie de Bangkok. Je parle de notre premiere sortie lors de notre premier sejour a Bangkok.
Comme tous les aventuriers, une fois tires d'affaires et sortis indemnes de la jungle inextricable des autoroutes, echangeurs et panneaux indicateurs incomprehensibles, nous nous nous dirigions courageusement vers Carrefour.
Une fois l'enseigne trouvee, l'entree du parking trouvee, heureux comme on l'est toujours dans ces cas, lorsqu'on sent qu'on est sorti de la ville et qu'on est tombes sur une reserve de vivres et qu'il se pourrait bien, ensuite, que l'on trouve notre route sans trop d'encombre, nous nous sommees engages sur le parking beni.
Et la, le choc. La crevaison. Aveugle par son bonheur, et au cours de sa maneuvre perilleuse (tourner a droite a 3kms/h), mon chauffeur n'avait pas vu une espece de barre de fer qui depassait du sol. Misere. Crevaison.
Mais il est des aventuriers chanceux, lorsque nous relevames les yeux, notre regard tomba sur l'enseigne, en face de nous, a 50 metres, brillante : Bridgestone.
Nous n'etions pas tous descendus du Toqcar que les mecanos etaient deja trois sous le Toqcar. Le temps de remplir un caddy et tout etait parfaitement en ordre et les mains de mon chauffeur toujours blanches.

Je tiens toutefois a ajouter que l'honneur du Jedi est sauf : il y a trois jours, un de nos pneus a explose en mille morceaux sur l'autoroute. Et nous ne roulions plus a 3kms/h. Mon homme l'a change tout seul en plein soleil et a eu le tee-shirt et les mains toutes noires (mon mecano est-il le seul a bricoler systematiquement en blanc ?).
C'est ca l'aventure !

7 commentaires:

MamToq a dit…

Et même pas de photo du ToqCar sur 3 roues et de Xtophe changeant la roue ? vite, la suite des dessous cachés de l'aventure ! bisous à vous tous

ximun a dit…

Épique !

Tu nous ferais pas discretos du recyclage de photo ? Genre de TUrquie ou d'Iran ? Ça me dit quelque chose cette route...

Bisous quand même.
Xixi eta Liloo

PellariniFamilia a dit…

2 roues de secours ! je n'y aurais jamais pensé ! Tu m'étonnes que vous êtes chargés !

nelly a dit…

Tu n'es pas la seule, mon mécano-jardino-bricolo-maçon fait tout ce qu'il a à faire en CHEMISE blanche.
Encore du off !

tonton cristobal a dit…

je crois surtout que les employés de chez BRIDGESTONE ont trouvé le bon moyen d'avoir des clients: une basse de fer bien placée que personne ne voit....

cristobal a dit…

je voulais dire: une baRRe de fer, bien sur...

Elise a dit…

Tiens, c'est rigolo, la seule fois de ma vie où j'ai crevé, c'était également sur le parking d'un Carrefour..c'était loin d'être aussi exotique, vu que c'était à Créteil, au coeur du Val-de-Marne. Mais tout de même, je me demande effectivement s'ils ne font pas exprès de mettre tous ces pièges pour qu'on aille chez leur mécanos...

Enfin, la deuxième crevaison avait l'air moins marrante...

Bisous
Liloo