Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

vendredi 6 juin 2008

Malaise...



Je ne peux plus, ça y est.
Je ne supporte plus de voir toutes ces femmes voilées.
Je ne supporte plus ces femmes qui se ressemblent toutes, toutes la même silhouette, toute la même coiffure, toutes le même âge, toutesle même visage.
Je ne supporte plus ces petites filles, parce que les petites Malaises sont voilées très jeunes, et très voilées, soumises aux hommes avant de savoir parler.
Je ne supporte plus ces hommes qui acceptent que leurs mères, leurs soeurs, leurs amies, leurs épouses, leurs filles soient traitées de la sorte.
J'ai envie de hurler et de vomir.
Certes en Malaisie elles ont des tenues fleuries et des foulards colorés, mais qu'est-ce que ça change ? C'est presque encore plus choquant dans ce pays en plein développement économique, royaume de la consommation, de l'automobile, des téléphones portables de la publicité et de la consommation. Plus choquant quand ce sont des femmes actives qui travaillent, conduisent, font leurs courses chez Carrouf, courent après les enfants et le temps, comme nous quoi. Plus choquant quand l'autre moitié de la population, d'origine chinoise, se promène en mini-short totalement indécent, quand l'autre moitié des petites filles est libre de se vêtir comme bon lui semble. Plus choquant quand ce n'est pas inscrit dans la loi.
Je ne trouve plus d'excuses à l'ignorance, à la tradition, au poids de la religion, plus d'excuse à la bêtise et à la cruauté, plus aucune excuse aux hommes et plus beaucoup aux femmes.

Puisque c'est ça, je renonce à ma pudeur : je passe mes journées en bikini sur la plage de Cherating même si je suis la seule.
De même que Rachel est la seule petite fille en maillot de bain.
Et ma révolte cède la place à un sentiment de bonheur que j'aurai souvent éprouvé (futur antérieur Jean et Cathy !) durant ce voyage, à un soulagement immense, vous savez comme celui qu'on ressent lorsqu'on se réveille d'un affreux cauchemar en pleine nuit : la certitude que notre plus grande chance, surtout à Rachel et moi, réside dans notre nationalité et notre liberté.


Ceci-dit, heureusement qu'on lève les voiles dans quelques semaines et que ma colère ne pourra pas s'accentuer sans quoi j'aurais fini nue et puis je pourrais m'habituer à voler la vedette à Gaspard : bizarrement depuis quelques jours ce n'est plus lui mais moi qu'on photographie en douce...

4 commentaires:

nelly a dit…

Cette photo des petits cartable me fend le coeur...
Par contre, je ne trouve pas les fameuses photos de toi en bikini ?
Au fait l'autre jour (quand tu avais des pb de connexion) Olivier t'a écrit sur Skype, as-tu reçu ses messages ?
Bisous

nelly a dit…

cartableS
c'est mieux pour une instit...

Na a dit…

J'imagine le trop-plein... ça doit être dingue d'avoir traversé tant de pays et de s'être rendu compte que nous étions si peu, justement, à avoir cette chance et cette liberté.

Simon a dit…

Si ce n'est pas inscrit dans la loi tu as bien raison, c'est ton droit, tant que ça ne choque pas à mort les gens. Et vu que la moitié de la population fait comme toi et que l'on te prend en photo, ça va, tu n'as pas l'air de trop outrer...

Sinon je viens juste de comprendre le titre "schleunight" de votre dernier album photo, un peu à la ramasse le Chichi !

Et perso les cheveux longs pour Xtophe ne me choquent pas, il était comme ça, non, quand vous vous êtes connus ?