Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

samedi 2 février 2008

Les Toqués chez les Orang-Asli



Ulysse en rêvait depuis longtemps. Nous on ne savait pas trop à quoi s'attendre et on redoutait un peu.
Forcément, aller rencontrer un peuple, qui malgré la modernisation effrénée du pays, continue de vivre comme toujours, de vrais indigènes, chasseurs à la sarbacane, vivant de la récolte du miel et de la cueillette, se déplaçant sans cesse dans la jungle, quel garçon de 8 ans n'en rêverait pas ? Mais comme, avec ce même garçon de 8 ans son frère et sa soeur, il est impossible de marcher plusieurs jours dans la jungle en espérant une rencontre fortuite, de celles que nous vivons depuis 6 mois et qui sont les plus belles, il nous fallait nous contenter de la visite touristique classique et c'est là que les réticences des adultes se réveillent.
Mais nos craintes étaient totalement injustifiées.
C'est incroyable.
Le village où nous nous sommes rendus, composé de 8 familles, d'une cinquantaine de personnes en tout (c'est le chiffre qu'on nous a donné mais je me demande s'ils n'oublient pas quelques enfants en route, dans leur comptage) est sédentaire depuis deux ans. Mais ils peuvent partir du jour au lendemain nous a expliqué notre guide. D'ailleurs heureusement qu'il était là ce guide, on nous avait prévenus, les Orang-Asli (hommes naturels) sont très timides et très silencieux. Bien sûr nous avons eu la démonstration de l'allumage de feu, de la confection des sarbacanes et des flèches empoisonnées, mais ce qui nous a frappés, nous, c'est leur totale indifférence à l'égard du monde qu'ils côtoient pourtant. Ils ne nous ont rien demandé, on sait que le guide leur fait des cadeaux lorsqu'il emmène des touristes, mais hormis quelques sacs de riz, traces d'emballages de produits industriels (et quels ravages nous faisons : forcément, ils les laissent traîner partout) et quelques vêtement, les femmes continuent à partir à la cueillette dans la jungle avec les enfants, pour rechercher le frais et le repas du soir, les hommes continuent à fumer toute la journée, et les enfants aussi, pour brouiller toute trace de leur odeur lorsqu'ils vont chasser, à la nuit tombée, dans la jungle, armés de leur sarbacane. Et dans la journée, bein on va un peu pêcher à la rivière, on dort, on fume, on dort, on joue. L'école ? Il y a dix ans, l'état a décidé d'intégrer les Orang-Asli (pour des raisons notamment politiques car quelle meilleure cachette pour des opposants politiques, que cette immense jungle, et quel meilleur soutien que ceux qui y vivent depuis toujours, c'est ce qu'ont compris à une époque les communistes malaisiens), d'ailleurs ceux des Cameron Highlands sont presque totalement assimilés aujourd'hui. A ce moment-là, les petits Orang-Asli du Taman Negara ont enfilé leur joli uniforme et sont partis remplir les bancs de l'école, comme les autres malaisiens. Et puis... et puis ils ont arrêté. D'abord ce sont des peuples nomades, qui peuvent vivre très loin des villages. Ensuite ils ont leur propre langue. Et surtout, ils n'ont plus envie d'y aller et ils se fichent de l'état comme de notre première chemise.
Ulysse qui aurait bien voulu acheter une sarbacane ou un souvenir, a été déçu : les Orang-Asli ne font pas de commerce, ne veulent pas de notre argent, ne profitent pas de la curiosité qu'ils suscitent chez nous, hommes compliqués. Recevoir des touristes leur permet simplement un petit confort supplémentaire (et quelques cigarettes américaines), une petite distraction aussi, mais ils ne veulent rien de plus, et s'ils en ont marre, ils partiront plus loin dans la jungle. Les hommes naturels ont tout de même offert deux flèches (pas empoisonnées maman, t'inquiète pas) à notre fils surnaturel (et parfois empoisonnant), fou de joie de cette expérience.
Et nous sommes nous aussi repartis, sur la pointe des pieds, encore plus heureux de savoir que de tels hommes existent.

3 commentaires:

Mamie a dit…

Ca ne fait pas rêver que les enfants. C'est un autre monde et encore des souvenirs extraordinaires. bisous à tous

amatxi a dit…

ils ont pas gardé Babar au moins, notre petit homme naturel à nous...???

amatxi a dit…

ils ont pas gardé Babar au moins, notre petit homme naturel à nous...???