Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

mardi 7 août 2007

J-3



Bon.
Il nous reste juste un milliard de choses à faire.
Les enfants ont décidé de tester nos compétences de voyageurs et s'offrent une tourista pré-odyssesque.
Certains de leurs réveils nocturnes sont sans doute liés aussi au départ, les miens le sont tous.
Nos armoires sont quasiment vides, la maison n'a jamais été aussi bien rangée, le moindre tiroir a été passé au Pliz, la moindre trousse a été lessivée.
Nous envisageons de créer un audio-guide pour notre camping-car qui reçoit des tonnes de visites.
Le Jedi a mis la clé sous la porte de son entreprise.
Nous allons bientôt laisser celles de notre maison.
Si tout se passe bien, nous recevons nos derniers vaccins mercredi, notre dernier document important jeudi et nous pouvons partir comme prévu vendredi dans la matinée, direction l'Italie, via le tunnel de Fréjus. A nous les Nationales, les petites routes pour nous offrir quelques jours de rôdage et de repos. Quelques jours... ou une année plutôt ! Sauf pour les enfants qui prennent le chemin des vacoles dès vendredi...

Vous nous manquez déjà un peu mais nous n'avons jamais été si impatients de partir !

13 commentaires:

marie a dit…

Zut la tourista, ils ont mangé à bayonne ou quoi?

3pioux a dit…

A quelques jours du départ, je pense que tu te serais bien passée de cette tourista familiale...
Courge pour les derniers préparatifs et bientôt, THE DEPART pour l'aventure !!!!

Caro93 a dit…

C'est fou, c'est fou, c'est fou !

tonton cristobal a dit…

Je teste mes compétences de lecteur et commentateur de blog...
Quelle bonne idée de faire la turista avant de partir!
C'est tellement plus simple à gérer qu'en voyage....
Une preuve supplémentaire de votre excellente organisation et préparation!

Frédérique a dit…

Sympatoche la tourista avant de partir... Bon, comme ça tu vas pouvoir vérifier que tu as tout ce qu'il faut dans la boîte à pharmacie !

Hélène a dit…

Tourista Mac Do de la Barre de dimanche ?
Les notres n'ont rien. Cela doit être la nourriture trop propre de la maison nickel. Mauvaise préparation pour le Balouchistan...

Une famille de Toqués a dit…

"Cela doit être la nourriture trop propre de la maison nickel"
Oh que j'aime mes amies...

Choukette a dit…

Pfff pas cool la turista avant le départ !

mais J -2 !!!

Bonne aventure ! c'est passé tellement vite le départ est apres demain !!

bonne route :) , bon vent, a dans un an :-D

amatxi a dit…

J-365, pour moi!
le jour J ,on vous fera du riz!

Thal a dit…

Mais non, c'est pas la turista, c'est juste qu'ils se liquéfient de bonheur et d'enthousiasme !

Je suis sidérée que tu arrives à dormir entre deux réveils nocturnes...

Frédérique a dit…

Cette fois-ci je crois qu'on y est presque... Je pense à vous non stop depuis ce matin, me demandant comment s'est passée cette "dernière journée" si spéciale... Et là, dodo ou cogitations dans le jardin ?...

PMB a dit…

Vous passez par l'Italie (et pas l'Ukraine ;-)
Ok, alors, un avant-goût de Venise !
(Précision : j'y étais allé déjà deux fois comme guide dans un car)

LA FILLE DE L’AIR

Venise (...) en famille. Le chien manque, un mal-voyant du cœur l’a fauché sur le bas-côté de la route. Fini les chiens, inutile de les faire entrer dans nos vies pour qu’ils en sortent dans des trous sous une pierre au fond du jardin.
Mère et enfants vont profiter des petites connaissances de papa-guide : préférer les itinéraires bis aux axes principaux, les rues désertes à leurs voisines huppées mais encombrées de touristes, les places où poussent les chats à celles où poussent les piétons. Préférer les premières heures, quand les monuments sont indemnes de papillons à caméscopes. Chercher telle maison perdue des Frari, ses murs vérolés par l’eau du canal portant mille moulinets en plastique, multicolores. L’église où, rien que pour nous, s’éclaire une paisible madone de Bellini - il suffit de savoir où est l'interrupteur. L’Arsenal, qui fait marcher beaucoup avant de donner sa haute beauté solitaire. Cette boutique vouée au papier marbré, tenue par une dame aussi vieille et distinguée que la Sérénissime. Aller quand même au Florian, d’un renom nettement plus justifié que celui du Harry’s Bar où, pour avoir voulu occuper la même banquette fatiguée qu’Hemingway, nous bûmes le baccardi le plus cher de la planète.
Et surtout, le soir tombant, marcher tranquillement sur la Riva degli Schiavoni, vers le terminus du vaporetto à la pointe de l’île. Attendre qu’arrive le dernier, l’accelerato qui, lentement bien sûr, honorera tous les arrêts, descendant le Grand Canal de palais en palais sortis de la nuit donner leurs façades. Nous sommes seuls à bord avec des Vénitiens, redevenus maîtres de leur ville, qui n’en aiment que mieux l’offrir à nos enfants courant heureux aux deux bords du bateau selon les débarcadères.
Arrivés Piazzale Roma, nous attendons le bus vers la terre ferme, banale. Noémie, toute à ses cinq ans, empoigne d’un air décidé la ganivelle de protection pour une acrobatie qui la jette, tête en bas, au bitume. Hurlements, sang coulant, etc. Aussitôt c’est l’éruption. Les gens s’emparent de la bambina – Santa Madona, il faut mener la bambina à l’hôpital – la madame là elle est infirmière – et la bambina ; et impossible d’expliquer qu’une plaie au cuir chevelu est plus spectaculaire que grave ; et si sa mère veut arrêter le sang avec de la glace, on pille illico le marchand de gelati proche qui ne demandait qu’à sauver la bambina. La famille monte dans le bus : c’est presque l’arrêt entier qui veut suivre, et vraiment vous ne voulez pas qu’on l’emmène, et ce n’est pas raisonnable, et la bambina, et... Le bus arrivant au camping bruit encore de l’inquiétude universelle, bien que le corps du délit, dûment chapitré, sache déjà dire « grazie mille » à ses sauveteurs.

Anonyme a dit…

Attention, où que vous soyiez, champagne de rigueur: les Mac et associés ont enfin internet!
Plus besoin d'attendre d'être invités chez les voisins pour avoir des nouvelles (ça aurait pû être long!)

Accessoirement, Geronimo Stilton détective était en dédicace à l'espace culturel samedi dernier, par 30° devant une horde d'Ulysse(s) en puissance (comment ça j'exagère?). Perso, j'ai testé les odeurs à frotter et ça sentait les poubelles... no comment.

Bonne suite dans l'Odyssée et bises à tous.

Inés