Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

mardi 18 mars 2008

Toqués complexés et décomplexifiés


Dans notre vieille Europe, tout semble compliqué. Emmener les enfants à l'école, s'occuper de tous les trajets footdansemusiquescoutsdessinanglaisthéâtrepelotejudo est un vrai casse-tête pour le parent français moyen alors qu'au Cambodge, c'est simple : les écoliers parcourent des kilomètres le plus souvent à deux par vélo. Mais je vous rassure, ils vont plus vite au retour qu'à l'aller, c'est international bizarrement.
Chez nous l'arrivée du troisième enfant, voire du 4ème ou plus (je dois penser à toutes les catégories de mon lectorat) donne lieu à de longues réflexions sur le véhicule nécessaire (pour pouvoir ensuite faire tous ces passionnants trajets dont je vous parlais). Que de complications. Une bonne petite moto ou un scooter suffisent puisqu'on y entre facilement à 5, et plus s'il n'y a qu'un seul adulte.
Cosi, maxi-cosi, nacelle, étude des crash test, de la poussette, les nouveaux-parents connaissent la chanson, mais pourquoi ? Un panier de vélo ou de moto un peu rembourré fait parfaitement l'affaire s'il n'y a pas de passager pour le porter dans les bras.
On s'arrache aussi les cheveux, dans nos contrées, pour savoir qui va s'occuper de nos chères têtes blondes, on jongle entre nounous baby-sitters amies et grands-parents. Au Cambodge, tout enfant de plus de 1m (difficile de juger de l'âge), porte systématiquement un bébé ou un plus petit dans les bras et il s'en occupe comme un chef.
Autre tradition bien de chez nous : la virée chez Ikéa, source de joie mêlée d'angoisse. Comment allons-nous transporter l'armoire Kasprung ref.43T678 en bleu océan d'automne et les 6 verres Sprüngli incassables (pour compléter le service puisqu'on a cassé tous les précédents) ains que la housse de couette "Nounours en folie vert anis" (qui n'est même pas à la bonne taille mais tant pis elle est si jolie) pour compléter la déco de la chambre du petit dernier plus le milliard de petites choses indisnutiles qu'on y trouve toujours ? On appelle Kiloutou et on loue un Van ? Ou peut-être que si on emprunte le monospace de Marie-Machine qui a 5 enfants, en enlevant les maxi-cosi et sièges-auto (et les miettes de BN), ça rentrera vraiment ? Mais je me demande si justement dimanche ce n'est pas la compétition de judo-danse d'Hortense, ils risquent avoir besoin de leur cathomobile, ils y vont toujours en famille... Là encore, au Cambodge, une motobylette et le tour est joué (cf photos).
Transporter des armoires, un cochon vivant (ou mort), quelques poules, des paniers, des bidons, des bouteilles, des poubelles, un restaurant, une buvette ? Une moto, un vélo et le tour est joué. Ouvrir une laverie, un salon de coiffure, une boulangerie, une librairie ? Une moto, un vélo, et le tour est joué.

Les cambodgiens, comme beaucoup de leurs voisins, n'ont peur de rien, ils sont courageux, débrouillards et gardent toujours le sourire. Et pourtant leur histoire et leurs histoires sont édifiantes. Et si le pays est sorti de la guerre, il est loin d'être tiré d'affaire.
A chacun de nos bivouacs, nous repérons les enfants à qui nous allons confier nos ordures (et quelques victuailles tant qu'à faire). Ils passent matin et soir, sur des vélos mille fois trop grands et trop lourds pour eux, équipés de grands sacs et récoltent bouteilles, plastiques, cannettes et autres. A Siem Reap mon chouchou avait 12 ans. Crasseux à souhait, il en paraissait 5 et n'arrivait même pas à esquisser un sourire... Le dernier jour nous avions fait un grand ménage et avons pu lui donner des tonnes de choses et des biscuits. Ce jour-là, et pourtant on a dû l'aider à relever son vélo devenu trop lourd, il a souri. Et moi j'ai sangloté comme une grosse madeleine nantie en regardant mes enfants insouciants, trop nourris et propres (pas trop), râlant (trop) devant leurs devoirs parce qu'ils voulaient aller visiter les temples ou se baigner dans la piscine.
Ici à Phnom Pehn (où nous logeons dans la rue devant l'ambassade britannique messieurs-dames) notre chauffeur de Tuk-tuk est militaire en réalité. Son salaire est de 25 US dollars par mois (16 euros). Comme ça suffit juste pour acheter le riz, après le boulot il est chauffeur de Tuk tuk. Et puis s'il a une grosse course (pour la journée, nous le payons 15 dollars), ce n'est pas compliqué, il appelle son chef, il lui suffira de lui reverser une partie de cette somme et il a le droit de sécher le travail... ils sont conciliants et gentils dans l'armée cambodgienne n'est-ce pas ?
Nous rencontrons aussi de nombreux francophones, parlant un excellent français, et pourtant pour les plus vieux d'entre eux, ils ont dû, pendant la période des kmehrs rouges, oublier le français et toutes leurs connaissances, "oublier tout mon savoir, pour garder la vie" nous a confié un homme rencontré à Chlong dans le Temple où nous dormions.

Heureusement qu'ils sont débrouillards et souriants ces cambodgiens et que finalement quand on a rien, rien ne semble compliqué...

15 commentaires:

Gabriel a dit…

RHAAA!!!
Les photos ne sont pas encore la et il faut que je reparte au boulot!!!

ximun a dit…

Tu prends la BM ou la Porsche pour y aller Gab ?

Sinon joli récit TT, merci, et normal que tes affreux jolis jojos soient des petits pourris gâtés comme nous, ça ne les empêchera pas de pouvoir voir et ressentir les choses plus tard, comme toi maintenant.
Mais c'est vrai qu'on se sent vite tout con dans cette situation... reste plus qu'à chercher un moyen d'action.

Bisous propres de Paris, France.

amatxi a dit…

Notre guide nous disait qu'il avait dû jeter ses lunettes, car les intellectuels étaient les plus mal traités...

amatxi a dit…

Notre guide nous disait qu'il avait dû jeter ses lunettes, car les intellectuels étaient les plus mal traités...

ximun a dit…

Je viens de voir les photos en avant-première, sensationnelles !

C'est génial de voir les enfants immergés ainsi. Et votre déco du camion est superbe ! C'est nouveau ?

Na a dit…

Ca y est, les photos sont en ligne !

Na a dit…

Ces séries où on vous voit vos enfants se mêler aux enfants cambodgiens sont vraiment émouvantes.

tonton cristobal a dit…

Les nouvelles photos sont superbes.
Et les réflexions de TT permettent déjà de mesurer combien ce voyage est enrichissant pour vous et vos enfants!
(cette chanson qui se déclenche dès qu'on arrive sur votre blog, c'est plutot agaçant...)

Na a dit…

TT, étant attentive aux requêtes de ton lectorat, j'ai fait une petite manip pour que la chanson ne se déclenche plus automatiquement.
Il faut maintenant cliquer sur Lecture pour l'entendre.

Mais n'hésite pas à en mettre d'autres, hein !!

* PellariniFamilia a dit…

Moi j'aimais bien...

* PellariniFamilia a dit…

Je sais pas ce que j'ai fais mais il y a notre photo qui apparaît à chaque message désormais..... Je croyais que c'était une spécificité sur certains blogs et en fait, je crois que j'ai touché un truc dans un fichier qui me met cette photo automatiquement...

Na a dit…

Pour entendre la musique, il suffit d'appuyer sur l'icône de lecture.

lipocamp a dit…

Salut les toqués,
toujours aussi excellent vos post ! Je crois que c'est aussi un des buts des voyages que de se remettre un tantinet en question, relativiser et comparer nos situations respectives.
Thérèse, j'ai normalement fait la petite modif qui permet à quiconque de poster sur notre livre d'or sans être membre de lipocamp.
Allez vite d'autres récits et anecdotes..........
Lolo

* PellariniFamilia a dit…

Ca nous renvoie à des tas de choses ce que tu dis là. Je devrais garder ton texte et le lire dès que j'ai une montée de stress... et Dieu c'est que ca m'arrive souvent pour les mêmes détails que tu cites....

* PellariniFamilia a dit…

Joyeuses pâques !