Suivez nos nouvelles aventures sur http://lestoquesperdentlenord.blogspot.com

jeudi 7 juin 2007

la guerre des trois...


Ces préparatifs nous ouvrent déjà toutes sortes de nouveaux horizons.
Il y a les joies des visas. Pour avoir celui de l'Iran, il nous faut celui du Pakistan, et pour obtenir celui du Pakistan il faut celui de l'Inde. Pour obtenir celui de l'Inde il faut trouver les bonnes informations, réunir pas mal de papiers, puis se rendre à l'ambassade, faire une interminable queue puis subir une interminable attente pour déposer son dossier. Quand on a de la chance. Ce ne fut pas mon cas. Donc il faut recommencer les opérations par correspondances, faire travailler les amies traductrices, nos banquiers préférés etc etc etc.
Mais le grand pas cette semaine, et la grande découverte fut notre première visite d'une assistante sociale. Sisi, une vraie, mais pas tout à fait comme dans les films en fait.
Quand on veut déscolariser son enfant, on en fait la demande à l'Education Nationale. Qui nous en donne l'autorisation puisque c'est un droit. Mais la ville est chargée de faire une enquête sociale.
Quand nous avons enfin réussi à fixer un rendez-vous avec cette dame, je me suis mise à faire une chose insensée : à nettoyer ma maison dans les moindres recoins. Vous savez les coins de murs blancs pleins d'empreintes digitales qui feraient rêver des bataillons d'enquêteurs américains parce que y'a même pas besoin de verser de la poudre et d'allumer un faisceau laser pour les voir ? Les traces de biscuits ou de gouttes indéterminées ? J'ai nettoyé la console blanche (si en fait elle l'était vraiment mon amour tu sais) du salon, la dînette des enfants, le frigo, les interrupteurs, Gaspard peut continuer à boire dans les toilettes tant elles sont impeccables et même nos vitres on voit à travers ! J'ai rajouté, judicieusement, un peu de désodorisant au dernier moment pour pas que ça sente trop la javel fraîche, bref, Lynette s'est transformée en Bree (laisse tomber papa tu peux pas comprendre la référence). A 16h45 pétantes (après une journée marathon assez terrible mais somme toute banale) nous étions à notre poste. Gaspard avait une jolie petite salopette-short beige parfaite. Ulysse préparait sa dictée. Rachel goûtait en dessinant.
Sauf que la dame s'est perdue et était en retard. Et le temps qu'elle arrive : on crevait de chaud, le store ne fonctionnait plus donc on goûtait au soleil (ben oui, je voulais pas salir la maison) le chocolat dans le pain avait fondu, les enfants étaient rouge-cramoisis-pleins de moustaches. Tandis que je trouvais miraculeusement les fusibles pour régler le pb du store (l'urgence produit des miracles chez les dindes blondes dyspraxiques), Gaspatate avait volé la plaque de chocolat, ce dont je me suis rendue compte en l'entendant crier : "Non ! Non ! Non !" planqué au fond de la cabane à jouets et tellement plein de l'angoisse que je lui reprenne son chocolat. Quand j'ai compris l'affaire, il a couru se réfugier derrière les poubelles, coin plein de terre, et quand je l'ai extirpé de là, le tenant éloigné de ma jupe de mère-modèle... c'est moi qui ai failli péter un fusible : son grand-frère préparait sa dictée en mangeant et buvant et en jouant aux cartes et écrivant de traviole avec un vieux feutre séché sur un brouillon que je ramène du lycée, et Rachtoque était torse-nue avec sur la tête ce qui devait être sa dernière création en matière de chapeau, confectionné avec du papier des feutres et de l'herbe... J'ai juste eu le temps de remettre un semblant d'ordre dans tout ça que la dame arrivait.
Je m'attendais à Super Nanny.
Ben j'aime autant vous dire que je suis heureuse que mon cher époux n'ait pas été présent, sans quoi je suis certaine qu'il aurait décidé de changer de métier pour faire assisté-social. Et qu'il aurait même pu en faire une vocation !
Ulysse a été pot-de-colle-sympa, Gaspard rigolo et heureux, Rachel est montée dans sa chambre - d'autres chats à fouetter sans doute- ils ont été eux quoi. La charmante demoiselle a été un peu étonnée de notre projet (en fait elle n'était pas du tout au courant, donc je comprends son choc initial), mais assez emballée. Et au final tout à fait favorable.
Ouf.
Une étape de passée, et une importante, essentielle même.

Il n'y a qu'un mais. Un gros MAIS.








Mais elle n'a même pas posé un pied dans ma maison rutilante !!!

7 commentaires:

Hélène a dit…

Tu nous feras toujours mourrir de rire! Lui as-tu filé l'adresse de ton blog, qu'elle voit un peu ce que ça veut dire qu'être Tocqué?

Marie a dit…

Manquerait plus qu'elle soit rentrée et qu'elle ait laissé des traces de pas partout, ça t'aurait énervée!

Caro93 a dit…

Alors comme ça j'ai une tête de super nanny ????


sinon je suis mdr comme d'hab !!!

ccxp&co a dit…

J'ai encore bien rigolé.... Ca fait du bien....
Aujourd'hui , j'ai eu la visite d'une conseillère pédagogique de l'enseignement catholique... en fait, je crois que c'est aussi horrible d'une assistance sociale....
D'ailleurs, maintenant, je me demande même s'il ne faut pas que je change encore de métier...

Inès a dit…

Bonjour les toqués,
C'est un sacré périple qui vous attend...je n'ose même pas pensé aux préparatifs...Mais l'on ne vit qu'une fois et pour vos enfants...c'est une sacrée aventure et une ouverture d'esprit sans pareil....Je suis la "jeune" maman d'une famille de 5 enfants, un mari, un chien et 2 chats et nous nous envolons pour Mayotte dans une semaine...avec le projet d'y vivre...je poursuivrais votre odyssée de là-bas...et vous souhaites bon courage....inès

Une famille de Toqués a dit…

Cécile : je vais te rebaptiser Figaro !
Inès : Bienvenue ! Tu n'aurais pas aterri (qui peut me dire comment ça s'écrit) ici grâce à une certaine Maoraise de mes amies et que j'attends de pied ferme avant de pouvoir aller parcourir le monde ?

Jean-Pierre l'atterré a dit…

hem hem... Ai-je vraiment besoin de le dire ?